Association de
Psychodynamique
Wallonienne
Une théorie du détour pour une réelle prise en compte de l'Homme global en situation concrète

La théorie du détour

Cadre général

La théorie du détour est l’opérationnalisation de la pensée Wallonienne à l’ensemble du cycle de vie, en considérant à tout instant, l’objet d’étude des sciences humaines et en particulier de la psychologie, comme étant l’Homme global en situation concrète.

Du développement...

"Nous utilisons ce concept [de détour] pour désigner le procédé qui consiste, pour un organisme, à mettre en place un nouveau type de rapport adaptatif au milieu, par réélaboration de son organisation interne débouchant sur une nouvelle forme d'activité dans le milieu, ayant une portée plus générale. [...] Concevoir le développement individuel en terme de détour implique qu'il se réalise par une succession d'étapes définissant chacune un type de rapport organisme/milieu, et fixant à l'activité des modalités et des objectifs correspondants. [...] Comme point de départ de notre réflexion nous admettons à la suite de H. Wallon que le développement de l'homme n'est qu'un cas particulier de l'adaptation du vivant à son milieu. Il obéit donc aux mêmes lois, et met en oeuvre les mêmes processus, qu'il convient de distinguer des formes conjoncturelles que prennent ceux-ci suivant le niveau de complexité de l'organisme concerné." (Cariou, 1992)

...à la clinique:

"La sécurité de base n’est pas un sentiment (conscience), mais un état psychologique inconscient. Elle exprime l’état d’un organisme qui est en accord adaptatif avec son milieu (quelque soit le niveau). Quand cet accord est menacé ou rompu (objectivement ou subjectivement), apparaît un signal d’alarme, l’angoisse, qui fonctionne au plan psychologique comme la douleur au plan organique." (Cariou, 2008)
"Dans tous les cas, l’organisme vivant produit de l’énergie (l’énergie vitale) et celle-ci génère et alimente une activité qui va être, en quelque sorte, son agent de liaison avec le milieu. C’est donc grâce à elle que l’accord organisme/milieu pourra s’entretenir et se construire. C’est pour cela que nous l’appelons activité intégrée, car elle correspond très exactement au degré d’élaboration et d’intégration de l’organisme, et par conséquent, à la définition du milieu. Dans le cas de l’homme, c’est le niveau et la qualité de l’élaboration du psychologique qui déterminera la nature de l’activité intégrée, et du milieu par rapport auquel elle est adaptive. Cela concerne aussi bien les différentes étapes de développement pendant la croissance, que le fonctionnement de l’adulte tout au long du cycle de vie".(Cariou, 2008)

Pour aller plus loin